Une double bonne affaire

23 mars 2013 - 09:27

Victorieux de la Géorgie (3-1) ce vendredi au Stade de France, les Bleus comptent deux points d'avance en tête du groupe sur leur prochain adversaire espagnol, accroché par la Finlande (1-1).
Sur le papier, France-Géorgie n’avait peut-être pas le même prestige que la réception de l’Espagne, mardi soir au Stade de France. Mais c’est une rencontre qui pourrait compter bien plus qu’on ne l’avait imaginé dans l’optique d’une qualification directe pour le Mondial. On attendait des Bleus qu’ils confortent au moins leur deuxième place ? Ils se présenteront en leaders de la poule I face à la sélection de Vicente Del Bosque. Pendant que la Roja se prenait les pieds dans le tapis face à la Finlande (1-1), les joueurs de Didier Deschamps ont eu la bonne idée de ne pas se manquer (3-1) vendredi soir. Ils ont signé une prestation convaincante, seulement atténuée par la réduction du score de Kobakhidze (71e).
A la 48e, l'affaire était pliée. A l’heure du bilan, il ne faudra pas non plus oublier les deux arrêts déterminants de Lloris (28e, 39e) alors que le score en était à 0-0. Mais les circonstances de la soirée et les trois buts inscrits par Giroud (45e), Valbuena (48e) et Ribéry (61e) nous poussent évidemment à ne pas faire la fine bouche. Alors qu'ils semblaient condamnés à s'armer de patience, faute d'efficacité -ce qui a notamment valu à Giroud (29e) et Benzema (37e) d’essuyer les sifflets nourris du Stade de France -, les Bleus ont finalement eu la bonne idée de ménager les nerfs de leurs supporters. A la 48e, l’affaire était pliée.
Valbuena a confirmé qu'il prenait de l'épaisseur au sein de ce groupe France. Encore une fois, Mathieu Valbuena a été le détonateur. Buteur lors des deux dernières sorties tricolores face à l’Italie (2-1) et l’Allemagne (1-2), le milieu de terrain marseillais a confirmé qu'il prenait de l'épaisseur en étant impliqué sur les trois buts de son équipe. Juste avant la pause, il a permis à Giroud de faire souffler le Stade de France sur un coup franc qu'il avait lui-même provoqué (45e). Dans tous les bons coups en première période, il a mis les Bleus à l'abri d'une superbe demi-volée dès la reprise (48e), avant de servir Ribéry, buteur dans un trou de souris (61e). Seule fausse note, mais on chipote : malgré plusieurs opportunités, Benzema est une nouvelle fois resté muet. Il en fallait bien plus pour gâcher à la fête, en témoigne la clameur du stade de France au coup de sifflet final, puis à l'annonce du nul concédé par l’Espagne. Même dans leurs rêves, on doute que les Bleus s'attendaient à une telle soirée.
source l'équipe

Commentaires

août
16:00
STADE DE L'ANGUILLARD
sept.
18:00
STADE DE L'ANGUILLARD
sept.
14:00
STADE DE L'ANGUILLARD
sept.
09:00
STADE MUNICIPAL DE LA COURONNE